Un monde à lui tout seul

Il est auteur-compositeur-interprète mais aussi comédien, guitariste, dramaturge et pédagogue mais cet étalage pluridisciplinaire indisposerait Dominique Branier qui préfère se définir en tant que scripteur utilisant divers matériaux (texte, musique, corps),une sorte de griot urbain, cette appellation mettant en relief ses origines antillaises.

Quand j’ai appris que Dominique acceptait enfin qu’un site lui soit dédié, j’ai tout de suite voulu participer à l’aventure. Voici la raison d’être de ces quelques mots qui voudraient présenter un artiste au style très personnel, un ami d’une grande constance et un homme d’une immense sensibilité.

Puisse le site vous aider à découvrir l’univers de Dominique Branier, un Antillais né à Saint-Mandé, venant de nulle part mais citoyen du monde.

Bon vent Dominique.

Laurence Bazin

Ma belle surprise

La première que je l’ai vu chanter c’était en 2000 au Paris’s Aller-Retour. Le maître des lieux, Hector, à ma question : « C’est quel style ? » me rétorqua au téléphone : «Dominique Branier fait du Dominique Branier. » La formule m’a plu et l’homme n ’avait pas menti.

Le soir même, je découvris en Dominique un véritable artisan de la chanson française. Chacun de ses textes est unique dans sa construction, façonné, ciselé dans une humeur servant toujours le sens. Assister à un concert de Dominique Branier c’est pénétrer l’univers d’une écriture faite de paradoxes, de contrastes et d’oxymorons

Beaucoup d’amour mais aussi un véritable engagement d’une lucidité à toute épreuve («  les chapelles n’existent que pour ceux qui vivent dans la nuit ».

Quant aux influences, me direz-vous ?

A mi-chemin entre Ferré et James Brown, Lavilliers et Zappa, le tout servi par une présence scénique impressionnante de laquelle émerge toujours une fragilité endémique.

Dominique reprend le chemin de la scène à ma plus grande joie.

Je ne sais quel sera le programme du nouveau spectacle mais soyez sûrs que Dominique Branier fera du Dominique Branier.

Viviane Souche